RSS
RSS


The strange night visitor | Ft. Hagata Nôei
 :: Tokyo – Zone sécurisé :: Ueno – 上野 :: Hôpital

Devil’s slave
avatar
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 81
Avatar : Aki [Arlequin]
Dim 12 Aoû - 17:35

The strange night visitorHAGATA Nôei & NISHIMURA Koichi

La journée avait encore était éprouvante et Koichi n’attendait plus qu’une chose, aller dormir. Comme tous les soirs vers 22 heures, les infirmières venaient vérifier les chambres une par une pour voir si tous les patients étaient couchés ou pour leur signaler l’extinction des feux. Assis sur son lit le blond à pics contemplait sa boîte à musique pour la énième fois. Il n’avait que cela à faire ici ou du moins c’est la seule chose qu’il pouvait faire quand il était enfermé dans sa chambre. En plus ça le rassurait, ça l’aidait à se calmer quand il était triste ou effrayer. Cela le faisait penser à sa mère qui la lui avait offerte et à la liberté qu’il avait eue il y a longtemps. La porte de sa chambre s’ouvrit calmement laissant apparaître une infirmière à l’encadrement qui tapota son poignet comme pour lui signifier que c’était l’heure d’éteindre les lumières. Koichi avait cette sensation d’être dans une garderie pour enfant ou en prison, mais dans tous les cas cet ambiance commençait à l’étouffer … Il ne voulait plus rester ici et commençait à vraiment devenir taré avec les traitements qu’il enchaînait, les heures passés en salle d’isolement mais surtout son lui intérieur qui le hantait … D’un mouvement las, le jeune homme posa sa boîte à musique sur sa table de chevet puis s’allongea sous les couverture tournant ainsi le dos à l’infirmière toujours à sa porte.

La lumière s’éteignit le plongeant dans le noir partiel laissant passer une petite lueur bleuté à travers les stores de sa fenêtre. Combien de temps il allait devoir supporter encore tout ça ? Le jeune homme ne pouvait pas faire ce qu’il voulait, quand il avait une crise au lieu de l’aider le personnel l’enfermait, ils appelaient cure de guérison les électrochocs qu’on lui mettait en pleine figure à longueur de journée, la seule sortie dont il avait droit était le samedi après-midi pendant quelques heures. Koichi soupira et se tourna sur le dos regardant le plafond avant de fermer les yeux et sombrer dans un sommeil profond … Seulement la nuit ne se passa pas exactement comme prévu. Lui qui pensait se reposer et s’évader dans le monde des rêves il eut le droit à tout autre chose beaucoup plus dérangeant … Au beau milieu de la nuit le jeune homme ouvrit les yeux parcourant le décor de sa chambre d’hôpital. Sa respiration était lente mais pourtant ses battements de cœur semblaient agités. Comme à chaque fois qu’il se réveillait dans la nuit le jeune homme voulus se redresser pour voir l’heure qui était inscrite sur son réveil digital. Mais problème, le blond n’arrivait pas à bouger … Il était comme figer sur son lit et la seule chose qui bougeaient étaient ses yeux. Le blond se fit violence pour essayer de bouger mais pas moyen, il était clouer à son lit … Il tenta d’ouvrir la bouche pour parler mais encore là il n’y parvenait pas …

S’il mit du temps à comprendre ce qui était en train de se passer, une ombre au fond de la pièce lui donna la réponse … Il était en train de vivre ce qu’on appelle une paralysie du sommeil. Ce moment entre le rêve et la réalité où on dort encore mais où tous nos sens sont bel et bien réveillés. Cela arrivait souvent aux personnes stressées ou contraintes dans le cas du blond. Il en avait déjà eus plusieurs, ce n’était pas la première qu’il vivait, mais c’était toujours les étapes les plus angoissantes qu’il ait à traverser … Même s’il s’efforçait de penser que ce qu’il voyait et entendait n’était pas réel, la peur qui se concentrait en lui obstruait sa raison. Sa respiration se fit plus agitée quand l’ombre au fond de la pièce s’approcha de son lit, lentement. Même en essayant de serrer les draps de son lit, Koichi ne parvenait pas à faire le moindre mouvement. L’ombre avait une forme humanoïde mais la créature qu’il était en train de voir était tout sauf humaine … Un monstre ? Une bête ? Quoi que soit cette chose celle-ci s’approchait dangereusement de son lit mais toujours avec une lenteur angoissante. Maintenant ça montait sur son lit et le sifflement que Koichi entendit ne le fit que plus paniquer. Il pouvait même sentir qu’un poids affaissait son lit autour de lui.

Les yeux luisant de la créature l’effrayait et la voir se rapprocher de plus en plus de son visage le fit totalement paniquer. Le blond regardait cela impuissant, sans pouvoir faire le moindre mouvement. Il avait envie d’hurler et partir en courant mais rien de cela ne fut possible … Cette fois la chose grimpait sur sa poitrine pour s’approcher toujours plus de son visage l’empêchant de respirer comme si le poids de la chose l’étouffait. Il tenta de chercher de l’oxygène, mais plus il essayait moins il y arrivait. Il pensait que cette nuit serait la dernière qu’il passait ici, dans cet hôpital et sur terre … Le visage de la créature était entièrement noir laissant deviner comme des cornes sur sa tête ainsi que deux grands yeux jaunes luisants dans la pénombre. Au moment où la face du monstre ne fut qu’à quelques centimètres de son visage, le blond se réveilla bel et bien sursautant de la vision qu’il venait d’avoir. Il pouvait de nouveau respirer mais on pouvait clairement entendre dans son souffle que la panique entrecoupait l’air qu’il émettait et transmettait. Le corps encore tremblant de cet expérience le jeune homme s’assit au bord de son lit constatant qu’il était trempé de sueur. Il voulait aller prévenir une infirmière ou appeler quelqu’un pour ne pas rester seul, mais rien que l’idée de se lever lui faisait peur … Il put enfin jeter un œil à l’heure et constater qu’il était 3 heures et quart du matin … Cela provoqua un frisson dans son corps le faisant se recoucher aussi sec en s’enfouissant sous ses draps.

Il ferma les yeux un moment pour essayer de se calmer en se disant que tout cela était dû au choc d’avoir arrêté de prendre ses médicaments, le stresse qu’il ressentait au quotidien ou encore la fatigue … Les facteurs étaient nombreux mais généralement quand il vivait des choses comme celles-ci cela paraissait si réel qui était difficile de croire à une hallucination … Un objet tomba de sa table de chevet lui faisant ouvrir les yeux. Il constata que sa boîte à musique venait de tomber au sol et de s’ouvrir. Koichi tenait tellement à cet objet que même malgré l’angoisse il se précipita de la ramasser pour voir si elle n’avait aucune égratignure. Après avoir vérifié que tout allait bien il leva les yeux vers le coin de sa chambre où une ombre humaine se tenait contre un des murs. Il était en train de devenir parano ou est-ce que cela était vrai. Attrapant les draps comme une protection qu’il resserra contre lui, il se mit à reculer le plus loin possible dans son lit jusqu’à se coller au barreau de sa tête de lit. Pourvus que tout cela ne soit pas réel …

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: